Antoine Tomé - Musicien - Comédien - Doublage voix | Nouveau Clip: d’Antoine Tomé: “Eulalie Bideau”
17100
post-template-default,single,single-post,postid-17100,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-14.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Nouveau Clip: d’Antoine Tomé: “Eulalie Bideau”

Nouveau Clip: d’Antoine Tomé: “Eulalie Bideau”

Paroles et musique : Antoine Tomé – Arrangements : Denis Leloup – Antoine Tomé : chant, tricardon – Denis Leloup : trombone – Philippe Leloup : clarinette, clarinette basse, clarinette contrebasse, flûte à bec – Isabelle Roche : harpe – Christophe Sarlin : batterie, basse électrique, loops, enregistrement et mixage – Kristel Adams : chœurs


EULALIE BIDEAU
Voici venir à toi Eulalie Bideau,
En bas résille et nue sous son manteau.
Ses talons claquent sur les pavés de ta cour.
Tu ranges ton mac,
Ecartes les rideaux de tes doigts gourds…
Elle sonne, tu sens des moiteurs t’envahir.
La Bete hurle en toi,c’est l’heure de la nourrir
Pour que, repue, elle retourne au fond du trou
Dormir jusqu’à votre prochain rendez vous…
Sont ce les affres de l’Amour ?
Tu ne sais plus, ton corps t’échappe.
La bete qui l’habite a des grognements sourds.
Eulalie Bideau se désape !
Voici venir à toi Eulalie Bideau
En bas résille et nue sous son Manteau.
Ses talons claquent sur les pavés de ta cour.
Elle ouvre son sac,
Tu sais qu’elle y a plus d’un tour…
Pour l’heure, ton corps possédé gambade et crapahute
Comme les rats charmés suivaient ce fabuleux joueur de flute.
Une Bete immonde l’anime, il ne t’appartient plus.
Mais…T’a t’il jamais appartenu ?
Non tu ne peux te fier à cette créature obscène.
Heureusement qu’Eulalie sait, quand elle entre en scène,
Les procédures d’urgence, les gestes qu’il faut faire,
Pour que le monstre enfin calmé retourne aux fins fonds des enfers !
Voici venir à toi Eulalie Bideau,
En bas résille et nue sous son manteau.
Ses talon claquent sur les pavés de ta cour.
Eulalie attaque.
Victoire par KO après quelques allers-retours !
Puis elle s’en va, telle une infirmière ayant accompli sa mission.
Tu te réveilles, seul sur la terre, exsangue après l’opération.
(La tendresse et l’Amour faisaient elles partie du programme ?)
Et tu réalises, au petit jour, que la Bete, à nouveau, brame !!
Tu en appelles aux Divinités, Anges ou Diables,
Qui t’ont condamné à porter cette Bete insatiable.
Mais ton cri résonne en vain dans le grand vide sidéral,
Essuie le mépris hautain des lointaines étoiles.
Voici venir à toi Eulalie Bideau,
En bas résille et nue sous son manteau.
Ses talons claquent sur les pavés de ta cour.